LA YOUGOSLAVIE AUTOGESTIONNAIRE - Bilan critique d'une époque prestigieuse

Éditions CRÉER

Un bilan critique de l'époque autogestionnaire de ce pays éclaté.

1C-CRB008
CRB008-INT-10-11
CRB008-INT-62-63
CRB008-4C

8,00

En stock

Description

Auteur : Georges Guezennec 

VERSION NUMERIQUE DISPONIBLE


Les Yougoslaves ont été les précurseurs de l'autogestion. Pour beaucoup, en France, ce n'est encore qu'une idée dans laquelle on voit la relance d'un socialisme démocratique.
Le livre de Georges Guezennec permet de passer des idées aux réalités. Il expose les réalisations positives de la Yougoslavie autogestionnaire pour qu'elles soient utiles au reste du monde. Il analyse ses erreurs pour qu'elles soient évitées ailleurs.
L'époque prestigieuse commencée en 1941, avec les Partisans s'achève avec les conséquences de la crise économique mondiale qui, comme les autres pays en voie de développement a frappé très durement la Yougoslavie.
Avec les famines et l'explosion démographique du Tiers-monde, le chômage, la destruction de l'environnement, la bombe atomique, les risques d'affrontement Nord-Sud, dont la guerre du Golfe aura été la tragique prémisse, l'humanité est menacée dans sa survie. Dans quelle mesure l'expérience yougoslave peut contribuer à la compréhension et à la solution de ces dangers ? Telle est la question à laquelle Georges Guezennec s'efforce de répondre.
Entré très jeune dans la Résistance, il a commencé à s'intéresser à la Yougoslavie en apprenant la lutte héroïque des Partisans yougoslaves. Il a partagé, comme agronome, la vie des paysans slovènes. Animateur d'une Association France Yougoslavie et accompagnateur de groupes, il a sillonné la yougoslavie.
Sa recherche est l'occasion de nous fournir un condensé complet et l'histoire, de la géographie, du régime social, politique et économique de la Yougoslavie autogestionnaire.
Elle nous aide, également à comprendre ce qui s'est passé en U.R.S.S. et dans les pays socialistes de l'Est.
Un bilan critique, détaillé, fouillé et sans concessions qui arrive à son heure.

 

EXTRAIT

La démocratie autogestionnaire 

La démocratie est à l'ordre du jour : dans les pays socialistes déformés par le stalinisme, dans le tiers-monde où les anciennes puissances coloniales se sont appuyées sur des dictateurs locaux pour perpétuer le néo-colonialisme, dans les pays développés, comme la France, où les conquêtes de la Révolution Française sont battues en brèche par le pouvoir de l'argent. 
La Yougoslavie avait créé les bases d'une démocratie autogestionnaire libérée de cette emprise. Les structures ont été mises en place; mais les buts n'ont été qu 'imparfaitement atteints. Nous en verrons les raisons dans la troisième partie de ce livre.

Démocratie et autogestion
L'autogestion libère la démocratie de la dominations des puissances d'argent. En ce sens, elle continue la démocratie de la Révolution Française qu'il ne faut pas confondre avec celle de l'Occident actuellement. 
En 1789, la France était en effet peuplée de paysans et d'artisans. La concentration capitaliste a profondément modifié les données de la démocratie. A côté du Parlement hérité de la Révolution Française, un nouveau pouvoir s'est crée, non inscrit dans la Constitution, mais puissant : la Bourse. 
Il a suffit qu'un certain jour de 1990, le Président Mitterand parle de «ceux qui s'enrichissent en dormant» pour qu 'aussitôt la Bourse baisse de plusieurs points. Et si, comme en 1981, le gouvernement réalise une avancée sociale, ou en exprime l'intention, la Bourse s'effondre et les capitaux partent à l'étranger. C'est à juste titre que le Président Hérriot qualifiait, déjà, en 1925 de «mur d'argent» les forces qui avaient fait tomber son gouvernement et que le Front Populaire dénonçait, en 1936, les «200 familles qui gouvernaient la France» et qui possèdent, en outre, la majorité des médias qui forment l'opinion. 
Depuis le Front Populaire, le capitalisme s'est internationalisé. Les multinationales se sont développées. La libre circulation des capitaux, un des crédos du monde moderne, leur permet d'investir dans les pays où les gouvernements servent le mieux leurs intérêts. Leur pouvoir sur les gouvernements s'en trouve renforcé et la démocratie bafouée. 
Les gouvernements dépendent donc davantage de la Bourse que des électeurs. La Bourse se réunit tous les jours de la semaine, sauf le samedi et le dimanche. Sa pression est permanente. Les électeurs votent seulement tous les 4 ou 7 ans. 
Sil' on ajoute à cela, «l'argent qui coule à flot», suivant l'expression de François Mitterand, au bénéfice des partis qui défendent les intérêts des milieux financiers, et leur contrôle sur la majorité des médias, on réalise assez bien que la démocratie occidentale est, plus ou moins, une sorte de dictature des puissances d'argent. Le nombre grandissant des abstentionnistes, le désintéressement des électeurs blasés de la politique politicienne et des promesses électorales non tenues favorisent la montée du danger fasciste. La démocratie héritée de la Révolution Française a donc dégénéré. Le socialisme devra la rénover. 

 

 

Caractéristiques

  • Auteur : Georges GUEZENNEC
  • Format : 12,5 x 20 cm, épaisseur 15 mm
  • 182 pages
  • Ce livre comporte une bibliographie en langue française
  • Une tables des matières détaillée
  • Ce titre comporte des cartes des plans et des graphiques

Avis clients

Aucun avis clients

Soyez le 1er à donner votre avis

Votre avis

Paiement sécurisé
Commandez en toute sécurité
Service client
À vos côtés 7j / 7 !
06 33 33 03 82
Satisfait ou remboursé
7 jours pour changer d'avis
06 33 33 03 82
Livraison par la Poste en Colissimo suivi ou Colis simple à votre convenance.
1C-CRB008

LA YOUGOSLAVIE AUTOGESTIONNAIRE - Bilan critique d'une époque prestigieuse n'est plus disponible actuellement.

Vous souhaitez recevoir un email dès que ce produit est en stock ?

Boutique propulsée par Wizishop

Je n'ai pas de compte,
je m'inscris

J'ai déjà un compte,