+ Afficher le menu

Pierre WIRTH

Pierre WIRTH


Pierre Wirth est né en 1921 à Sierentz dans le Haut Rhin. Sa jeunesse a été marquée par les drames de lʼAlsace. Son père, avait fait la Grande Guerre dans lʼarmée du Kaiser, à une époque où cette province était allemande. Il est admis en 1939 à lʼécole normale de Colmar, évacuée dans le sud-ouest du fait de la guerre. Il se retrouve totalement coupé des siens par lʼinvasion nazie. Il évite ainsi lʼenrôlement forcé dans la Wehrmacht. Il intègre lʼEcole Normale supérieure de Saint Cloud mais il est contraint de fuir, dénoncé comme Alsacien et risquant le sort des déserteurs. Il rejoint un maquis dans les monts du Lyonnais. Après le débarquement allié en Provence, il sʼengage dans le bataillon dʼinfanterie de marine du Pacifique avec lequel il participe à la bataille dʼAlsace. Blessé à quelques kilomètres de Sierentz, il retrouve ses parents qui le croyaient disparu et réalise alors quʼil est un des rares survivants de cette génération de son village dont de nombreux « malgré nous » sont morts sur le front russe. Puis il retourne au combat pour participer à la libération de la poche de Royan et à la bataille de lʼAuthion.
La guerre terminée, il poursuit brillamment son cursus universitaire et obtient lʼagrégation de géographie. Il se fixe en Auvergne du fait de son mariage avec la soeur dʼun des ses compagnons de combat. Reçu avec amitié et très vite avec affection dans une famille bourgeoise, ce garçon dʼorigine très modeste éprouve une certaine fascination pour un milieu quʼil va aux cours des années essayer de séduire. Professeur à lʼécole normale dʼAurillac pendant plus de 30 ans, ses élèves gardent de lui le souvenir « dʼun maitre dʼéveil». Sa carrière est couronnée par un poste dʼinspecteur pédagogique régional.
Frappé par le procès des Alsaciens impliqués dans le massacre des villageois dʼOradour-sur-Glane, Il écrit un premier roman qui évoque son expérience de jeunesse et le drame alsacien. Ce roman intitulé "Carrefours", paru chez Flammarion en 1954 est réédité en 2010 par le Préau des collines. Un second roman, très différent, "Jeter la pierre", suit assez vite, édité chez Albin Michel. Cʼest un tableau assez sombre dʼune certaine bourgeoisie provinciale. Féru dʼart roman et de peinture il traduit de nombreux ouvrages de lʼallemand et se consacre parallèlement à la direction dʼune collection de livres scolaires. Sa qualité dʼhistorien et ses origines alsaciennes lui inspirent un troisième roman sur la guerre des paysans en Alsace : La fosse aux tripes. Enfin à la fin de sa vie, avec le Grenier de Clémence, il évoque lʼAuvergne, quʼil a adoptée et qui lʼa adopté, pour retracer le parcours dʼun personnage marquant de sa famille auvergnate, qui après une vie parisienne insouciante, ambitieuse et brillante dans le Paris des années 20, a échoué dans un village perdu de la Xaintrie cantalienne.
Pierre Wirth est mort à Aurillac en 2003 à lʼâge de 82 ans.

Paiement sécurisé
Commandez en toute sécurité
Service client
À vos côtés 7j / 7 !
06 33 33 03 82
Satisfait ou remboursé
7 jours pour changer d'avis
06 33 33 03 82
Livraison par la Poste en Colissimo suivi ou Colis simple à votre convenance.

Boutique propulsée par Wizishop

Je n'ai pas de compte,
je m'inscris

error check_circle
error check_circle remove_red_eye
error check_circle remove_red_eye

J'ai déjà un compte,